was successfully added to your cart.

Notre séjour sur Terre-Neuve touche à sa fin. Amoureux de paysages montagneux, nous n’avons qu’une hâte : nous rendre dans les Rocheuses. Mais avant ça, il nous reste une étape de taille : revenir jusqu’à Montréal !

Au revoir, Terre-Neuve

En quittant Rose-Blanche, ce petit hameau pittoresque niché entre terre et mer, la nostalgie commence à nous gagner : c’est la première fois, depuis le début de notre périple, que nous retrouvons cette ambiance « village » au Canada.

Après deux jours passés à Channel-Port-aux-Basques, où farniente sur la plage et travail se sont agréablement alternés, nous nous rendons à l’évidence : Terre-Neuve nous a touchés comme aucune autre région ne l’a fait jusqu’à présent.

C’est avec le cœur lourd que nous reprenons le ferry, un matin pluvieux. Les cinq heures de traversée passent néanmoins rapidement. Une fois revenus sur le continent, nous n’avons qu’une idée en tête : partir de Sydney le plus vite possible et passer à la suite. La suite, c’est la découverte de l’Ouest du territoire canadien. Des Rocheuses. De la Colombie-Britannique. De Vancouver.

Soyons honnêtes : c’est en partie grâce à cette idée, que nous avons réussi à partir de cette région magnifique !

Un retour bien rapide

Nous avons mis deux semaines à atteindre Sydney. Le retour, lui, ne nous prendra pas plus de 3 jours de route. Après une brève pause à Port Hawkesbury en Nouvelle-Écosse, nous reprenons le volant, plus déterminés que jamais.

600 km plus tard (soit environ 8 heures de conduite en van), nous nous arrêtons à Woodstock pour la nuit. Il fait chaud et sec, le climat a bien changé depuis Channel-Port-aux-Basques. Tellement chaud, que nous décidons de nous poser au bord d’une rivière et de nous y baigner. Plutôt deux fois qu’une.

Niveau d’huile : check.
Niveau de liquide de refroidissement : check.
Le capot refermé et nos ceintures attachées, nous nous remettons en mouvement à peine le jour levé. La météo prévoit encore 35°C et le meilleur moment pour conduire, reste en début de journée. Les 20°C de Terre-Neuve nous manquent, mais ils ne nous empêcheront pas d’atteindre Montréal en début de soirée. Après une deuxième grosse et éprouvante journée de conduite, un sentiment de quiétude nous envahit, malgré l’agitation et le capharnaüm de la métropole.

Ça y est, nous l’avons fait : nous sommes de retour à Montréal.

Un cocktail de sentiments bien différents

Est-ce que la fameuse ville québécoise nous a manqué ? Certainement pas.
Est-ce que nous sommes contents d’y être revenus ? Un peu oui.

Après tout, nous y avons tout de même vécu quelques mois. Et en y réfléchissant plus, ce n’est pas tant la ville qui nous a manqué, mais le sentiment de familiarité. Le sentiment de retrouver des repères.

Enfin, ça, c’était pour le premier jour. Une fois l’excitation passée, une fois avoir revu nos amis, mangé dans nos restaurants favoris et s’être baladés dans le quartier chinois (notre rue préférée à Montréal), la ville nous laissa alors une impression froide, vide et austère.

Comment revenir à la ville, après avoir goûté à la liberté ?

Quel est le sens d’une telle construction humaine ? Le seul désir de travailler et de consommer, peut-il remplacer tout ce que la vie a à offrir ? Après deux jours à nous réveiller avec le bruit des camions, deux jours à crapahuter dans la chaleur humaine et deux jours avec comme seule nature les jardins publics : nous nous demandons alors si cette vie est toujours faite pour nous.

Au cours de ce dernier mois, nous avons réalisé qu’un autre mode de vie était possible. Nous nous sommes rendus compte que « vie minimaliste » rimait généralement avec « vie riche de sens ». Mais plus important encore : nous avons compris que la ville ne pouvait plus nous rendre heureux.

Demain, c’est sans regret que nous quitterons Montréal, pour nous diriger vers Calgary, la porte d’entrée des Rocheuses Canadiennes, à quelque 4 000 km de là.

Notre itinéraire :

Nos points de chute :

Jour 28 : Channel-Port-aux-Basques Plage Grand Bay West

Jour 29 : Channel-Port-aux-Basques Plage Grand Bay West

Jour 30 : Port Hawkesbury

Jour 31 : Port Hawkesbury

Jour 32 : Port Hawkesbury

Jour 33 : Woodstock, parking université

Jour 34 : Montréal

Jour 35 : Montréal

Jour 36 : Montréal

→ Notre article précédent : Jour 27 – Le village au bout de la route

Jour 36 : Et si la ville n’était plus faite pour nous ?
Votre avis

Pierre

Auteur Pierre

Co-fondateur de The Roadtrippers, passionné de grands espaces, d'aventures et de modes de vie alternatifs !

Plus d'articles de Pierre

Rejoindre la discussion One Comment

Laisser un commentaire