Skip to main content

Panier

L’Irlande est là. Les premières maisons de Cobh ponctuent le paysage de teintes colorées, contrastant avec le bleu profond des eaux du Cork Harbour. Les habitations, alignées et bordant le littoral semblent accueillir notre bateau, le Pont-Aven. Au second plan, l’imposante cathédrale de Saint-Colman découpe le ciel bleu pâle du matin. L’air est doux. Nous inspirons profondément, savourant le premier voyage à l’étranger depuis deux ans. La découverte de l’Irlande nous attend.

Départ Roscoff

C’est parti pour un road-rip au sud-ouest de l’Irlande. Accompagnés de Forest, notre T3 Volkswagen de couleur vert-forêt bien caractéristique, nous avons embarqué la veille au soir, au départ de Roscoff et à bord de l’un des navires de la Brittany Ferries. Cette compagnie maritime finistérienne desserre l’Angleterre, l’Espagne et l’Irlande. L’unique traversée hebdomadaire vers Cork, deuxième plus grande ville d’Irlande, dure 14 heures et se fait majoritairement de nuit.

Notre dernier voyage hors de France remonte à plus de deux ans. L’excitation de l’aventure se fait ressentir au fur et à mesure que nous visitons les différents étages du bateau. En général, nous avons surtout pour habitude de voyager en avion ou bien exclusivement en van aménagé, façon vanlife. C’est notre première fois en ferry ! Des étoiles pleins les yeux, nous découvrons la chambre qui sera la nôtre pour la nuit. Salle de bain et toilettes privées, couchettes et télévision : le confort est au top ! Mieux encore, au centre du gigantesque hublot central : l’océan qui s’étale à perte de vue.

Bercés par le remous des flots scintillant sous le reflet de la lune, nous nous réveillons en pleine forme le lendemain matin. Voyager en bateau a son lot d’avantages et celui-ci en fait définitivement partie !

En route pour le Wild Atlantic Way !

Autant la traversée s’est faite en douceur, autant la conduite à gauche s’est révélée survoltée ! En récupérant notre vieux van à Ringaskiddy, nous sommes directement projetés dans le bain : ici les ronds-points se prennent par la gauche et les véhicules doublent par la droite. Difficultés supplémentaires : la conduite de notre engin de 1990 sans direction assistée, ses nombreux angles morts et son passage maladroits des vitesses ! Pour pallier à ce challenge, nous mettons en place un redoutable plan d’action : séparer la conduite de l’analyse du terrain. Pierre est au volant, et Camille la copilote se charge de faire tout le travail d’analyse et de direction. En prévention, nous décidons également de filer vers le sud, vers Kinsale, afin d’éviter la périphérie de Cork et sa forte affluence. C’est là que débute ce road-trip du sud-ouest de l’Irlande. Les petites routes nous permettent de nous faire la main et d’acquérir de nouveaux réflexes. Si vous voyagez avec un véhicule plutôt large, comme un camping-car, faites attention à l’étroitesse des routes.

Autre lecture : Quel van aménagé choisir pour un road-trip ?

Rapidement, nous rejoignons les environs de Old Head, loin des foules et prenant peu à peu conscience que ça y est, nous sommes bel et bien en Irlande. Profitant d’une météo clémente, nous pique-niquons sur le parking de la route près du Musée Lusitania. Nous concluons le repas par un délicieux scone à la crème fraîche et à la confiture, assis à la terrasse du petit café jouxtant le parking.

Bon à savoir : la presqu’île étant privée et transformée en terrain de golf, le phare de Old Head est uniquement accessible aux golfeurs !

Pour cette première nuitée en van, nous jetons notre dévolu sur le petit parking de la Red Strand Beach, à quelques kilomètres au sud de Clonakilty. Une petite crique très sympathique au bord de la plage et vue sur l’océan. Un spot au calme, comme on les aime.

Bon à savoir : si vous êtes dans les environs, ne manquez pas le Stone Circle de Drombeg. Nous n’avons pas eu la chance de nous y rendre, mais l’endroit semble valoir le détour.

Le Parc national de Killarney

Au réveil, deux choix s’offrent à nous : soit continuer sur la somptueuse Wild Atlantic Way, soit prendre la direction du nord-ouest profiter du temps dégagé pour visiter le Parc national de Killarney. Réalisant qu’une grosse partie de notre itinéraire nous fera suivre le littoral dans les prochains jours, nous optons pour la seconde option.

Après un court stop à Clonakilty pour faire le plein d’essence et de liquide de refroidissement, nous mettons en route pour Macroom puis la N22.

En combi aménagé et lors d’un road-trip, les durées de transport sont rallongées d’environ un tiers. Entre la vitesse de pointe de notre Transporter que nous limitons à 85 km /h, par souci de préservation du moteur, et l’état des routes plutôt chaotique par endroit, nous apercevons le Lough Leane et ses montagnes environnantes après deux heures et demi de route. A bord d’un vieux van, il ne vaut mieux pas être pressé ! Le trajet s’apprécie autant que la destination en elle-même, et c’est là une des raisons pour laquelle nous adorons autant ce mode de transport. En road-trip, le slowtravel est un véritable éloge à la lenteur.

Pour apprécier la beauté brute du parc de Killarney, nous faisons le choix de le découvrir par les petites départementales. Après avoir passé Dunloe, nous tournons à gauche pour rejoindre le Gap of Dunloe. Le lieu est pittoresque à souhait ! Nous déjeunons dans le van sur le parking du départ de randonnée de Strickeen Mountain. La météo alternant éclaircies et averses fugaces, une ambiance particulièrement vaporeuse émane du paysage, de ses montagnes et de sa flore. Après avoir dépassé le Wishing Bridge et gravi l’impressionnant col juste après le lac d’altitude Augher Lake, la route débouche sur une vallée pratiquement vierge de toute trace de civilisation, mise à part une poignée d’habitations et de fermes.

Nous nous enfonçons toujours plus en profondeur dans le parc, notamment en suivant la route Derrylooscaunagh puis la route Gallavally. Le franchissement d’un nouveau col nous offrons une vue de toute beauté sur le lac Lough Brin. Sur ce genre de route, impossible de savoir à l’avance si elle va déboucher quelque part ou bien s’arrête brusquement. Alors on croise les doigts en espérant qu’un demi-tour ne soit pas nécessaire. Pour celle-ci, le GPS ne s’est pas trompé : le sentier carrossable rejoint bien la route R568. Ouf !

Comme un air de bout du monde vers Dingle

Après une nuit royale à Parknasilla, nous continuons sur la route N70 qui suit la Wild Atlantic Way en direction de Waterville et de son centre équestre, le Ring of Kerry Equestrian. Une balade en cheval d’une heure sur les hauteurs, nous permet de contempler la baie dans toute sa splendeur et sous une météo parfaite.

Nous reprenons ensuite Forest en direction de Caherciveen, puis Dooks et enfin Dingle. Là-bas, nous avons un véritable coup de cœur pour cette petite bourgade, agréable port de pêche niché dans le Dingle Harbour. Si vous faites un road-trip pour visiter le sud-ouest de l’Irlande, on vous recommande chaudement le détour. D’ailleurs, ici le fish and chips est une institution.

Après une nuit au Pax House, nous partons en excursion au large à bord d’un semi-rigide pneumatique avec Dingle Boat Tours. Au programme : Great Blasket Island et Cathedral Rocks. Lors de cette sortie, nous avons l’immense joie de réaliser un de nos rêves les plus chers : partir à la rencontre de dauphins et de baleines. Malgré une météo parfois capricieuse, parfois dégagée, nous vivons un moment magique qui restera gravé dans notre mémoire pour un bon bout de temps !

La beauté des environs, la richesse de sa faune sous-marine et l’authenticité du lieu finissent de nous convaincre d’y revenir plus tard. En tant que digital nomad, nous avons la chance de pouvoir travailler de n’importe où dans le monde, pourvu que nous disposions d’un ordinateur et d’une connexion à internet. Nous nous faisons la promesse d’y revenir et d’en faire notre environnement de travail pour quelques mois.

Nous nous remettons en chemin via la Spa Road et en franchissant le Conor Pass. Une épaisse bruine qui semble accrochée au col, nous empêche de voir à plus de 5 mètres devant nous, mais la vue s’annonce merveilleuse par temps dégagée. A peine redescendus de plusieurs dizaines de mètres d’altitude, que déjà la visibilité retrouve toute sa clarté. Le paysage est à couper le souffle. Les montagnes, tachetées de lacs, semblent plonger dans l’océan. La végétation est pelée et les habitations éparses.

Après une nuit dans le van, non loin de Fenit Island, nous mettons le cap sur Tarbert. Là-bas, nous conduisons Forest à bord d’un bac pour traverser le bras de mer qui sépare le Compté de Kerry et le Compté de Clare. En arrivant au Killimer Ferry Terminal, déjà le Compté de Kerry nous manque. Cette terre dépeuplée et brute est exactement le genre de paysage que nous affectionnons. Elle représente pour nous l’équilibre idéal entre océan et montagnes.

Lahinch, Doolin & Iles d’Aran

Nous arrivons en fin de matinée à Lahinch, haut-lieu irlandais de surf, où nous attend une session avec la Surf School Lahinch. Après un imprévu plutôt problématique (le van fermé à clé avec les clés restées sur le contact à l’intérieur), nous appliquons les précieux conseils qui nous sont donnés pour tenter de trouver l’équilibre sur notre planche de surf. La marée est haute, les vagues sont nombreuses et puissantes. Notre épaisse combinaison nous empêche de subir la morsure d’une eau à 10 degrés sur notre peau. Nous apprécions ce moment d’union avec l’océan, entre lutte physique et exaltation des sens.

Après un tour dans le Parc national des Burrens, dernier stop de ce road-trip en véhicule aménagé en Irlande à Inis Mor, la plus grande des îles de l’archipel d’Aran. Nous laissons Forest sur place et prenons le bateau à Doolin. Après une traversée d’une quarantaine de minutes, nous découvrons un paysage rocailleux semblable à celui des Burrens. Là encore, c’est le dépaysement total. L’Irlande nous révèle un autre de ses multiples visages. Plus énigmatique, plus mystérieux et encore plus sauvage encore que ceux que nous lui connaissons. Sur place, nous louons un tandem (encore une première fois!) pour faire le tour de l’île à notre rythme, du fort de Dun Aonghasa aux ruines de Seven Churches en passant la colonie de phoques près de Failte go Port Corruch.

L’Irlande est une terre comme on les aime. Brute et puissante. Ce road-trip à bord de Forest, notre fidèle van aménagé, s’achève et nous devons maintenant rentrer. Notre appétit d’exploration stimulé, ce n’est qu’une question de temps avant que nous y retournons. Il nous reste à découvrir le nord avec la région du Connemara et tout l’Est de l’Irlande. Sans compter que nous souhaitons aussi retourner dans le Kerry et y poser nos valises pour quelques mois : définitivement le coup de cœur de ce road-trip en Irlande !

 

Reportage sponsorisé par l’office du tourisme irlandais.

5/5 - (1 vote)
Pierre

Auteur Pierre

Co-fondateur de The Roadtrippers, Pierre Rouxel est passionné de grands espaces, d'aventures et de modes de vie alternatifs.

Plus d'articles de Pierre

Laisser un commentaire