was successfully added to your cart.

Notre road trip au Canada a touché à sa fin il y a un peu plus d’un mois, il est temps de faire une petite introspection sur notre retour à un mode de vie sédentaire. En trois mois de road trip, nous avons découvert un pays gigantesque, aux paysages incroyables. Nous avons également expérimenté pour la première fois la vie nomade en voyageant à bord d’un vieux van aménagé.

Nous voici donc de retour à un mode de vie plus « classique » dans une maison bien ancrée dans le sol. Et croyez-nous après avoir vécu plusieurs mois dans un van, le retour à la vie sédentaire n’est pas si facile que ça !

Se séparer de tout (ou presque)

À notre arrivée à Vancouver, nous avons dû rapidement trouver un acheteur pour Bob. (Si cela vous intéresse de savoir comment la revente s’est déroulée, nous allons vous préparer un article dédié à ce sujet !) Une fois l’annonce en ligne, tout s’est passé très rapidement. Du jour au lendemain, la vente était signée et nous devions nous séparer de Bob. Nous avons donc dû jeter ou donner beaucoup de nos affaires que nous ne pouvions remporter en France avec nous.

Même si nous n’avions pas accumulé beaucoup de choses et que nous ne soyons pas matérialistes, nous séparer de notre maison ambulante et de tout ce qu’elle contenait, nous a laissé un peu orphelins. Décoration, ustensiles de cuisine, livres, vêtements, souvenirs… Au final, il est aussi difficile de se séparer de son van aménagé que d’un appartement. Cela a été d’autant plus dur avec Bob, puisqu’il était aussi notre moyen de locomotion.

Perdre sa liberté de voyageur

Nous nous sommes donc retrouvés du jour au lendemain sans toit ni voiture. Nous avons dû nous remettre dans une dynamique de recherche d’hôtels, de restaurants bon marché, de transports en commun. Pour la première fois depuis notre arrivée au Canada, nous nous retrouvions sans le vouloir « touristes » à Vancouver.

Voyager en van, c’est avoir une tout autre approche du voyage. C’est être indépendant sur le logement, sur la nourriture et le transport. C’est un mode de voyage qui se rapproche presque d’un mode de vie de local bien qu’il soit nomade.

Revenir à un mode de vie sédentaire

Retourner vivre dans une maison ce n’est pas si facile que ça… Nous étions habitués à vivre dans notre petit 4m2, avec peu de choses et une organisation bien à nous. Nous nous retrouvions désormais dans une maison de 70m2 avec bien plus d’espace que nous n’en avions besoin.

Et puis, quand on vit dans une maison non mobile, on ne choisit pas toujours la vue. Avec notre van, nous pouvions décider de là où nous nous garions. Et donc choisir les meilleurs spots pour contempler les couchers ou levers de soleil depuis notre lit. C’était quand même très agréable, on s’y habitue très vite ! Et cette habitude semble plus facile à prendre qu’à perdre.

Revivre en intérieur

Vivre dans un petit espace comme un van, nous donne le goût de la vie en extérieur. En revenant à la vie urbaine, nous avons ressenti une forte impression d’enfermement. Comme une nouvelle barrière entre nous et la nature. Une sorte de claustrophobie. Nous avons clairement pris conscience que la vie proche de la nature nous apportait beaucoup plus de sens que la vie en ville.

Réapprendre à se détacher de l’autre

Vivre en couple dans un van aménagé ce n’est pas tous les jours de tout repos. Mais au final, on en apprend beaucoup sur son couple. Et si tout se passe bien, cela peut même le renforcer. Nous sommes devenus comme fusionnels et plus respectueux l’un de l’autre aussi. Alors après 90 jours de vie commune dans un 4m2, c’est un peu difficile de devoir quitter cette intimité et cette proximité constante avec l’autre. Il faut réapprendre à vivre à deux dans un nouvel environnement.

Retrouver le confort d’une maison

Nous avons retrouvé un sentiment d’ennui au retour à la vie sédentaire. Contrairement à la vie en van qui offrait son lot d’aventures quotidiennes. Mais pour être francs, il y a tout de même plusieurs choses que nous avons été heureux de retrouver : comme la douche, la machine à laver ou les affaires propres et de rechange.

Retrouver un peu de ce confort de vie est agréable on ne peut pas le nier. Mais il ne devrait pas nous empêcher de repartir en road trip. Après cette première expérience, nous aimerions trouver des solutions qui nous permettraient de garder un peu de ce confort tout en vivant en van. Des solutions qui nous permettraient de nous doucher un peu plus souvent et de faire des lessives plus facilement. Car cela nous permettrait d’envisager la vie en van sur un plus long terme.

Penser au prochain départ pour ne pas rouiller

À notre retour à une vie sédentaire, tous ces sentiments nous ont fait prendre conscience que la vie nomade, qui plus est en van, est une source réelle d’épanouissement au stade de notre vie. Nous pensons donc repartir sur les routes très prochainement pour une plus longue durée. En attendant, nous espérons garder en tête ces sentiments que le road trip nous a proccuré. Pour ne pas nous emprisonner dans une routine sédentaire et conserver notre besoin de nature et d’aventure tel quel.

Après un road trip en van, pas si facile de revenir à la vie sédentaire
5 (100%) 1 vote

Camille

Auteur Camille

Co-fondatrice de The Roadtrippers, passionnée par les voyages insolites, la nature et la vie en van. Également rédactrice du blog de voyage Sense Away et chroniqueuse sur Un Trek Une Fille.

Plus d'articles de Camille

Rejoindre la discussion 2 Comments

  • Ah! la la….que cela fait du bien de vous lire…je ne suis pas seule à trouver mon retour si difficile…Pour moi, c’est une réelle claque en pleine figure et pourtant ce n’est pas la première fois que je pars et reviens…mais cette fois est plus dure que les autres parce que je crois que ce voyage m’a fait grandir intérieurement et changer mes valeurs et mes besoins à un point tel qu’a 42 ans je ne veux plus d’une vie sédentaire ici au Québec….j’ai besoin de fuir et vivre ma liberté comme je l’ai toujours voulu et la je l’ai enfin compris. Donc, j’installe mes deux pieds ici simplement pour renflouer mes coffres d’un peu d’argent et repartir. Un rêve avoir ma van comme vous et partir vivre ici et la. J’ai pas d’amoureux, ni d’enfants donc je partirai seule encore, je souhaite rencontrer comme vous un homme qui aura la même vie que moi. Merci! la vie de vous avoir découvert. Votre site et vos articles sont hyper génial et continuer vos beaux rêves de liberté et d’aventure, longue vie a vous deux …..:)

    • Camille dit :

      Nous aussi notre prochain projet sera d’acheter notre van à nous et de partir visiter les routes de France et puis celles d’Europe et même d’Asie pourquoi pas ! Nous aimerions bien partir à plus long terme. Mais je pense que d’avoir un endroit à soi, fixe, est aussi une bonne chose pour retrouver ses repères, son intérieur, entre chaque voyage…
      Merci beaucoup Lucie pour ton témoignage et tes encouragement 🙂

Laisser un commentaire