was successfully added to your cart.

Depuis Paris, nous avons débarqués sur Montréal avec l’envie de trouver rapidement une voiture qui ferait office de maison mobile, après deux jours de recherches, nous avons trouvés un camper van sur Québec déjà aménagé par son ancien propriétaire.

Rapidement nous avons décidé de prendre le large, nous sommes partis faire le plein de courses chez Walmart. A la fois excités et nerveux, nous avons pris la direction de l’ouest dans le but ultime de notre traversée qui consistait à rejoindre L’Alaska.

A l’aller nous avons foncés droit vers L’Alaska highway, une traversée de 4 Jours complets, les boissons énergisantes nous ont dopés pour tenir durant ces longues heures de routes, des journées de 10, 12 heures dans un décor surréaliste, ou notre instinct naturel reprenait peu à peu le dessus sur notre condition de citadin.

 

Les premières nuits ont été assez délicates, il fallait apprendre à dormir dans des endroits ou l’ours avait repris le contrôle de son territoire, il n’était pas rare de croiser 2 à 3 ours par jour, nous avions conscience que notre coffre rempli de nourriture pouvait les attirer durant notre sommeil. C’était le prix à payer pour avoir le bonheur de les apercevoir de jour le long des routes.

La nuit pour aller pisser, le mieux c’était d’avoir avec soi un spray anti ours…passés ces premières nuits, nous nous sommes vite habitués à ce mode de vie ou l’environnement dit « sauvage » est finalement bien plus naturel pour l’homme que les agglutinements des citadins dans les grosses métropoles. Il y avait une sorte de soulagement à se réveiller quotidiennement dans ces grands espaces réglé par le rythme du soleil et non celui des écran de portables.

Sur l’Alaska Highway, Il n’y à pas que des ours, on peux aussi faire tout un tas d’autres rencontres :

La route vue du drone :

Après ces 4 jours de voyages, nous voila arrivés dans le 49ème et dernier état Américain, l’Alaska aussi appelé THE LAST FRONTIER.

Après un court passage dans quelques villes dénouées d’intérêt, nous visitons comme premier parc national celui de DENALI, c’est dans ce parc que l’aventurier Christopher Mccandless à été retrouvé sans vie après plusieurs mois en pleine nature coupé du monde et dont les aventures ont inspirées le film INTO THE WILD.

Into the Bus :

Ensuite direction un autre bus, celui qui nous permet de traverser le parc DENALI pendant 3 heures pour rejoindre un trek en pleine nature.

Après cette visite, on ressort du parc en direction du port de Seward tout proche du parc national de Kenai Fjords. On découvre sur le port plusieurs loutres peut disposées à partager leurs poissons frais.

 

Après plus de 3 heures d’un trek long de 15km comportant un dénivelé de 2km, nous arrivons à bout du Icefield trail, au sommet du glacier se dégage une vue imprenable sur cette merveille de la nature.

Epuisés par ces longues heures de marche, nous reprendrons notre dodge camper van en direction du parc national de Kluane, c’est ici entourés de la nature que nous passerons quelques jours pour recharger nos batteries.

Pour finir notre voyage en Alaska nous décidons de rejoindre Juneau, cette petite ville uniquement accessible en ferry, parait loin de tout. Sur place nous découvrons une ville plutôt développée mais qui a su garder tout son charme, c’est de Juneau que nous partirons en direction du Tongass National parc, un endroit sur-réel, une forêt ou chaque recoin est tapissé d’un vert éclatant, comme ci tout avait finalement commencé ici, peut être est-ce finalement le berceau de l’humanité.

Toujours au départ de Juneau nous partons explorés cette fois un autre glacier, celui de Mendenhall, à la recherche des ices caves.

Au départ du port de Juneau, toujours emportés par cet élan qui nous pousse au plus prêt de la nature sauvage, nous décidons d’embarquer à bord d’un petit bateau de pêche à la rencontre des baleines à bosses, finalement la nature nous gâtera.

Ce jour la, nous aurons aussi le droit à l’apparition des orques.

Après 15 jours passés en Alaska, Il est difficile de repartir d’ici, un lien très fort nous unis à cet endroit, quelle sensation agréable de constater que tout n’est pas encore perdu, pour le moment…il existe encore des endroits préservés de l’homme ou la nature tient toute sa place, dans cet équilibre si fragile entre l’homme et l’animal. Des endroits malheureusement menacés par la déforestation et l’exploitation pétrolière notamment plus au nord.

En quittant l’Alaska, nous faisons quelques dernières belles rencontres.

Nous repartirons des images pleins la tête pour un dernier tour de piste au Canada.

Après être passés par Vancouver sous les aiguilles d’un tatoueur :

nous rejoindrons Vancouver Island en ferry, lieu fréquenté par les surfeur canadiens et Américains.

Nous abordons la dernière partie de notre road trip, en direction des parcs nationaux de Banff, Jasper, Yoho ces parcs nationaux sont relativement proche les uns des autres jamais plus de 4 à 5 heures de voiture ne les séparent.

C’est ici en pleine nature que nous profiterons des pistes hors des sentiers battus,pour établir nos campements loin de l’agitation des touristes très présents le jour mais qui le soir venu regagnent leurs hôtels ou quittent les parc.

Nous prendront soin de nous couper du monde extérieur pour mieux nous retrouver, lire du Kerouac, boire quelques bières moose et manger du bacon grillé au réveil en espérant ne pas attirer les Ours les plus voraces, nous nous laverons dans les petites rivières du coin particulièrement glaçante malgré l’été.

Un dernier tour de piste avant de repartir vers d’autres aventures.

Sur le chemin du retour, la nature nous offre un dernier cadeau inattendu.

The last frontier : Du Canada à L’Alaska.
5 (100%) 1 vote

Nicolas Rybarczyk

Auteur Nicolas Rybarczyk

Réalisateur diplômé de l'école de cinéma Eicar, auteur de plusieurs clips vidéos et spots commerciaux, je publie régulièrement mes photos dans différents magazines, tel que : Vice, le Bonbon, Fisheye magazines.
Instagram : https://www.instagram.com/nomad_bear
Site web : https://nicolasrybarczyk.com

Plus d'articles de Nicolas Rybarczyk

Laisser un commentaire