was successfully added to your cart.

Road-trip : Entre philosophie de vie et simplicité

La question du road-trip a toujours fait couler beaucoup d’encre. Que cherche-t-on vraiment ? Est-ce avant tout : une quête de la Destination ou au contraire du Mouvement ?

Si dans la plupart des road-movies présentés au cinéma, le road-trip représente symboliquement le cheminement intérieur d’une pensée, d’une raison d’être ou simplement d’un problème jusqu’à son dénouement, tout roadtripper possède une motivation différente.

 

Pulsion spontanée et inconsciente ou choix réfléchi depuis longue date, le road-trip fascine. Qu’il soit en van, en voiture, en camping-car ; à l’autre bout du monde comme proche de chez-vous, la majorité des roadtrippers ont bien une chose en commun : leur recherche de liberté et leur goût pour le retour aux choses simples.

D’un voyage d’un an sur les routes mythiques des USA, à la traversée de la Chine pour rencontrer les minorités ethniques, au road-trip de 2 mois en Australie dans le cadre d’un PVT : le voyage de mille lieues commence toujours par un premier pas.

Vécu comme un véritable voyage initiatique stimulant la curiosité : cette expérience unique, nous avons tous déjà souhaité la faire au moins une fois dans notre vie. Retourner à la simplicité. Vivre dehors. Se laisser porter par le vent, au gré de nos envies changeantes et à la manière d’un nomade. Se réconcilier avec l’Inconnu.

Se réapproprier son temps, finalement.

 

Sur la route, ce vagabondage se pose naturellement en mode de vie opposé à celui que nous connaissons tous. Mais fuir la sécurité de cette vie “Métro, boulot, dodo”, n’est pas un long fleuve tranquille pour autant. Toutefois, n’est-ce pas là toute la beauté de cette expérience : ne pas savoir de quoi demain sera fait ? Sortir de sa zone de confort pour se mouvoir dans un monde incertain, dans une vie instable et imprévisible est un indéniable moyen de reconsidérer ses priorités, de se recentrer et de prendre du recul sur son quotidien.

Une guitare, un livre, une couette chaude, un crayon et du papier pour dessiner ou écrire ; seul, en couple ou accompagné d’un animal de compagnie : le road-trip est vécu comme une quête de sens. Dans un monde où nous sommes toujours plus entourés d’objets superficiels et vides de sens, vivre sur la route est un excellent moyen de se rappeler les choses importantes.

Car ne nous méprenons pas : il s’agit avant tout d’une expérience. Personne n’est capable de prédire à l’avance comment ce voyage le changera, ni même ce qu’il lui apportera. Le road-trip ne se réduit pas à la simple conduite d’un van, dans de magnifiques paysages. C’est une philosophie de vie. Une philosophie d’être, qui a connu un essor sans précédent avec le courant hippie des années 60-70. Si cette façon de voyager a quelque peu évolué,  tant dans le fond que dans la forme, son essence reste inchangée.

 

Des grandes explorations de Christophe Colomb en Amérique, en passant par le commerce sur la Route de la Soie ou un pèlerinage jusqu’à Saint-Jacques-de-Compostelle : le but est le fondamentalement le même : apprendre sur le monde et apprendre sur les autres, pour apprendre sur soi.

Road-trip : Entre philosophie de vie et simplicité
5 (100%) 1 vote

Pierre

Auteur Pierre

Co-fondateur de The Roadtrippers, passionné de grands espaces, d'aventures et de modes de vie alternatifs !

Plus d'articles de Pierre

Rejoindre la discussion 2 Comments

  • Très intéressant ces réflexions ! Le road-trip nous apporte bien des choses, ça c’est sur. Mais effectivement, ce changement ne prendra pas la même forme et la même intensité selon les individus ! 🙂

    • Pierre dit :

      Entièrement d’accord avec toi Leslie ! Fondamentalement, nous sommes tous motivés par des envies différentes. D’autant que personne n’est identique, ni ne recherche forcément la même chose – à la manière de n’importe quelle autre passion d’ailleurs 🙂

Laisser un commentaire